Une grande occasion de devenir propriétaire

D’après l’étude publiée par l’Observatoire Crédit Logement, le taux de prêt immobilier ne cesse d’afficher un processus de diminution depuis le début de l’an 2000. Durant cette année, le niveau du taux a été divisé par plus de 4. Cette dernière décennie est donc perçue comme le moment idéal pour devenir propriétaire. Pourtant, avec la baisse phénoménale du taux d’emprunt immobilier pour cette année-ci, tout le monde reconnaît que c’est la véritable occasion en or à ne pas rater. Ça fait 9 mois maintenant que ce taux suit son cours historiquement bas. Il ne cesse d’afficher un seuil planché du jamais-vu.

Les prêts pour habitats

Face à cette situation, bon nombre de ménages profitent de l’occasion et décident actuellement de pratiquer un crédit immobilier. La plupart d’entre eux ne procèdent même plus à un calcul prêt immobilier. Vu le contexte existant, ils ont plus que sûr de décrocher la bonne affaire.  Par conséquent, les banques et les diverses institutions financières se voient accroître rapidement en production de prêt.

Les études dévoilent qu’une part importante de cette opération bancaire vise un objectif d’habitation. Selon la pratique observée, 81, 56 % des procédés immobiliers concernent les résidences principales contre 5,02 % pour les habitations secondaires. Pour la part des investissements locatifs, la statistique dévoile un résultat de 13,42 %.

Le rachat de crédit par rapport au taux bas

D’après les chiffres, les rachats et les renégociations de crédits occupent la moitié des pratiques d’emprunt enregistré avec ce phénomène d’affaiblissement de taux. En effet, plusieurs foyers disposant de plusieurs prêts à rembourser préfèrent regrouper ces crédits afin d’échapper aux endettements excessifs. Cette opération permet d’obtenir une mensualité unique avec un montant beaucoup plus bas. C’est aussi le moment de profiter d’un taux d’intérêt le plus faible dans l’histoire.

Une simulation pour toutes tentatives de renégociation de crédit

Jusqu’aujourd’hui, le cours du taux de prêt immobilier continue toujours ses parcours de régression. Pour ce mois d’octobre, le taux moyen affichait de nouveau un reculement de 5 à 20 centimes. Cela correspond à 1,40 % pour une période de 15 ans, 1,60 % sur 20 ans et 1,85 % pour 25 ans. Toutefois, la situation du taux mini semble stagner un peu pour le moment. On ne connaît pas encore la vraie raison. Les banques et les organismes prêteurs lâchent enfin peut-être la prise. Pour ceux qui possèdent un bon dossier, ce taux équivaut à 0,9 % sur une durée de 15 ans, 1,08 % sur 20 ans et 1,25 % pour 25 ans.

La part des renégociations de crédit à l’heure actuelle

Vu les résultats de ces chiffres, nombreux ménages décident encore d’intégrer un emprunt immobilier pour ce mois-ci. La production des prêts pour habitat des banques ne cesse de s’accroître en nombre. Les études démontrent qu’une part importante de ces emprunts vise une acquisition de logement d’habitation. Mais aussi, 49, 9 % de la pratique sont formés par un rachat de crédit. Avec l’affaiblissement du taux, nombreuses personnes décident de regrouper ses prêts en un seul crédit pour sortir de l’endettement excessif.

Une simulation pour une opération rentable

Selon les spécialistes, la restructuration du crédit est une meilleure solution si la différence entre le taux initial et le taux de marché actuel correspond au moins à 1 %. Pourtant, cet  indice n’est pas suffisant. Pour être sûr que le processus rapporte bien des bénéfices, il est nécessaire de faire une évaluation comme dans un calcul prêt immobilier. Un simulateur semble le moyen de vérification sûr pour ce genre de fonction. D’après les experts, le nombre d’années restant pour le remboursement compte également afin d’obtenir plus d’avantages. Et selon eux une bonne restructuration de prêt s’effectue durant la première moitié du crédit.

Un taux bas pour la relance de l’immobilier

2016 est l’année de la filière immobilière. Cette dernière ne cesse d’exposer un taux de prêt en baisse depuis ces 9 derniers mois. C’est un véritable record dans l’histoire. Comme étant une situation du jamais-vu, le phénomène suscite l’engouement de plusieurs personnes. Il provoque une vague répercussion sur l’ensemble des activités liées au secteur de l’immobilier. Un grand dynamisme s’observe même sur tous les niveaux d’acteurs opérant dans ce domaine.

L’impact du taux sur l’ensemble de l’immobilier

Un affaiblissement du taux entraîne chez les propriétaires le rehaussement de la valeur des biens. Pour les ménages, c’est l’occasion d’intégrer un emprunt immobilier pour vivre dans sa propre habitation. Ils ne procèdent même pas à un calcul prêt immobilier préalable pour intégrer la pratique. Pour les courtiers, cela implique plus de clients, donc une immense tache à faire. Aux yeux des personnes endettées, ce contexte est favorable pour le rachat de crédit. Et selon les constructeurs, c’est l’opportunité d’initier le projet de construction.

La floraison des chantiers

Pendant un certain temps, le domaine de la construction connaît une période de régression. Le secteur devient même inerte durant ces quelques dernières années. La présence de ce taux prêt immobilier trop bas a changé la donne. C’est un grand miracle pour la construction ou le domaine de BTP. Ces derniers obtiennent désormais du souffle et qui commencent à sortir de ses longues crises. Les données exposées par le Ministère du Logement et de l’Habitat durable dévoilent un chiffre prometteur avec un accroissement rapide.

Par rapport aux mois de juin et d’août de l’année dernière, l’effectif de la demande de permis de construction enregistre actuellement une augmentation de plus de 6,6 %. Les autorisations de mises en chantier continuent toujours d’accroître. Les statistiques montrent qu’en 3 mois, 110 200 logements sont en cours de construction. Pour cette année-ci, 417 800 permis de construire sont délivrés contre un effectif de 401 200 pour l’année 2015.